Situé au nord de la péninsule ibérique, dans la communauté autonome des Asturies, le parc naturel de Somiedo (déclaré réserve de la biosphère en 2000) nous montre la pure essence de la forêt océanique.
Une humidité constante règne dans ces forêts plongées dans un épais brouillard une grande partie de l’année: dans cette zone, une des plus sauvages du sud de l’Europe, baignée par une ambiance magique, on rencontre en totale liberté des ours et des loups. L’activité humaine propre à ces vallées a toujours été étroitement liée à la nature. Des décennies d’élevage et de labours ont ainsi créé un paysage unique, la braña, nom donné aux pâturages réservés au bétail durant l’estive. Hêtraies, châtaigneraies, chênaies, frênaies et toutes sortes de forêts sont présentes dans ces vallées, parsemées des traditionnelles cabanes en teito, constructions dans lesquelles logeaient les familles qui accompagnaient les troupeaux sur les estives. Le point culminant est le Cornón, avec ses 2194 mètres d’altitude.

Les forêts denses du parc sont habitées par trois des espèces les plus remarquables de la péninsule ibérique: le très rare grand tétras, sous-espèce propre à la cordillère cantabrique et actuellement en déclin total, le loup ibérique qui trouve entre les forêts et les pâturages les zones idéales pour sortir chasser et élever ses jeunes, et le bijou du parc, maître et seigneur des montagnes de Somiedo, l’ours brun. Une population de plus de 300 exemplaires a réussi à surmonter des adversités en tous genres, depuis le braconnage jusqu’au morcellement de la population en divers noyaux épars et non communiqués, séparés par les infrastructures  introduites par l’humain. De nos jours, l’ours brun est le centre d’intérêt du parc, et avec un peu de patience et un peu de silence, il peut être observé avec une certaine facilité.

L’histoire de Somiedo a de tous temps été liée au monde rural. Agriculture et élevage ont été et continuent à être le moteur de la vallée. Les cabanes en teito construites par les bergers et le paysage façonné  par ces activités séculaires en témoignent. Actuellement, soulignons la qualité de sa viande bovine. Des plats très énergétiques tels la potée de choux aux pommes de terre, les tripes à l’asturienne, l’agneau de lait au four permettent de faire front aux hivers rigoureux. Le gibier y est abondant: sanglier, chevreuil et rebeco (chamois de la cordillère cantabrique) figurent aux menus. La charcuterie et les fromages sont très variés (à souligner parmi ceux-ci, le très célèbre fromage bleu, le cabrales). Le riz au lait et l’authentique lait caillé de la région sont servis avec le miel produit sur place. Les potagers fournissent fruits et légumes en abondance, et entre autres les fameux haricots fabes qui sont la base de la traditionnelle fabada asturiana. Le tout accompagné de la boisson régionale, le cidre.

Notre séjour dans les Asturies

Ours brun dans les asturies (Somiedo)

du 7 Août au 15 Septembre
Espagne
5 jours